Interview Jérome Martineau des éditions Kami

Trent
photo de Jérome Martineau

Alors que la foule, curieux ou amateurs, se pressaient autour des auteurs de Sentaï School, Jérome Martineau l'éditeur des éditions Kami a accepté de répondre à nos questions. Un portrait qui en dit long sur l'avenir et les choix souvent étonnants des éditions Kami.

Mangagate : Bonjour, pouvez-vous nous en dire plus sur la création de Kami ?

Jérome Martineau : A l'origine nous avons créé les éditions Carabas qui publient du franco-belge ou de la bande dessinée un peu plus underground. Et puis nous avons découvert Akihiro Yamada (les Chroniques de la guerre de Lodoss) qui a un style assez proche de ce qui se fait en Europe. Ce fut un véritable coup de foudre et l'on s'est associé à Kaze pour publier Yamada. C'est cette oeuvre qui nous a amené au manga, c'est une série à l'intersection des genres qui nous a permis de faire ce passage.

Mangagate : Combien de personnes y travaillent ?

Jérome Martineau : Nous sommes 3 à tenir Kami, Carabas et Semic. Cela peut paraître peu car nous sous-traitons beaucoup, notamment la maquette avec GBone.

Mangagate : Comment choisissez-vous vos séries ?

Jérome Martineau : On fonctionne vraiment au coup de foudre ! Le graphisme est quelque chose de très important pour nous et l'on choisit surtout des séries ayant une esthétique qui nous séduit. Pour découvrir ces séries, on travaille avec des agents et avec le bouche-à-oreille de gens qui sont là-bas. On rencontre des éditeurs et l'on étudie leur catalogue... mais notre marque de fabrique c'est surtout le graphisme.

Mangagate : Votre catalogue est très hétérogène, quel est le public visé ?

Jérome Martineau : On est plutôt Shonen, on aime le manga pour adolescent masculin. Dans ce registre là, on recherche des séries qui sortent de l'ordinaire, comme c'est le cas pour L'Opéra de Pékin par exemple.

Mangagate : Vous publiez du manga français, du japonais et du manhwa, pensez-vous venir au manhua ?

Jérome Martineau : Pourquoi pas, il faut rencontrer les bonnes personnes, mais l'on n'est pas du tout fermé à ce registre, au contraire !

Mangagate : Vous faites souvent venir des auteurs en dédicace, pensez vous que c'est important ?

Jérome Martineau : Oui, très. C'est une expérience que l'on reconduit régulièrement depuis Carabas. Et puis cela donne un autre visage aux salons, ce ne sont plus que des supermarchés. Les auteurs échangent des dédicaces, cela les rapproche du public. C'est un peu donnant donnant et cela apporte des choses différentes et intéressantes à tout le monde je pense. Les auteurs de Sentai School sont toujours aussi populaires, cela fait plaisir à voir.

Mangagate : Votre catalogue comprend d'anciens titres, pensez-vous qu'il y a de vieilles séries qui peuvent encore marcher en France ?

Jérome Martineau : On cherche surtout à apporter les séries cultes du Japon en France. On a bien vu que cela marchait avec l'arrivée ces dernières années de titres de Tezuka. On publie Raï qui est une série culte des années 70, 80 avec 29 tomes. On a eu un coup de coeur pour le côté patrimoine de ce titre.

Mangagate : Pensez-vous publier d'avantage de mangas d'auteur ?

Jérome Martineau : On le fait beaucoup dans notre label bd Carabas et l'on entend bien continuer l'expérience dans le manga, c'est assez ponctuel cependant car c'est un peu la chasse gardée de Sakka. On publie Robot qui est dans cette veine là, une série d'auteur, un peu underground japonais. Publier des mangas d'auteur est quelque chose de difficile car il faut trouver des auteurs qui trouveront un écho dans notre culture occidentale et d'autres éditeurs tels que Dargaut ou Casterman font un gros travail dans ce registre. Nous, on est encore jeune, on doit travailler.

Mangagate : Comment voyez-vous votre politique éditoriale dans 1 an ?

Jérome Martineau : On veut limiter le nombre de nos parutions à 4 par mois, se concentrer d'avantage sur le marketing et la communication afin de bien mettre en valeur nos titres. On s'est par exemple associé avec Kaze pour sortir un manga accompagné d'un Dvd, mais c'est quelque chose que l'on veut de ponctuel, pour appuyer une nouvelle série ou pour relancer une oeuvre à bout de souffle. On est conscient que cela coûte cher au lecteur ce genre d'opération et l'on entend bien s'en servir comme d'un moteur, surtout pas quelque chose de systématique.

Mangagate : Quelle est la place de votre site web dans votre politique éditoriale ?

Jérome Martineau : C'est quelque chose que l'on estime capital. Les gens découvrent nos séries au travers de notre site, c'est un outil de référence et de communication. On essaye de donner la place nécessaire à notre site web, mais ce n'est pas encore parfait, par exemple, on ne propose pas de résumé volume par volume comme on peut le voir sur certains sites de nos concurrents.

Mangagate : Votre nom « mangakami.com » ressemble beaucoup à celui de l'un de vos concurrents, n'avez vous pas peur qu'il vous fasse de l'ombre ?

Jérome Martineau : Au début on voulait l'intituler éditions-kami, mais c'est trop commun et puis ce nom nous a été conseillé par les gens qui ont réalisé notre site web. Avec du recul, cela paraît évident, ça sonne bien et c'est facile à retenir.

Mangagate : Quelle est la place des concours dans votre politique ?

Jérome Martineau : On voudrait en avoir de façon régulière pour appuyer chaque sortie de nouveauté. Cela nous coûte pas grand-chose, fait plaisir aux visiteurs et cela nous fait de la publicité, alors c'est tout bénef.

Mangagate : Un scoop pour MangaGate ?

Jérome Martineau : Nous allons sortir Yapoo bétail humain qui est une adaptation d'un roman culte des années 70, 80 au Japon. C'est un roman très critique, très adulte qui dérange beaucoup. Nous allons aussi sortir Aqua en octobre qui est de la SF d'anticipation, c'est très doux au niveau du dessin, on aime beaucoup. C'est une histoire d'enquête dans un Mars qui serait devenu une sorte de Venise. On pourrait le rapprocher d'une ambiance d'un Miyazaki, pour ce côté douceur.

Mangagate : Un petit bilan de la Japan-Expo ?

Jérome Martineau : Nos auteurs de Sentai school sont très prisés, c'est génial, on est content. Après, on regrette un peu le choix de l'endroit qui n'est pas très accueillant mais ce sera un succès commercial.

Mangagate : Merci et bonne suite à Kami.

Jérome Martineau : Merci.

Cette interview a été recueilli à l'occasion de Japan Expo le 04 juillet 2006

News manga populaires Critiques manga populaires Interviews populaires
Manga-Sanctuary 02 avril 2009
Maliki 05 juillet 2008
Takeshi OBATA 03 juillet 2008
Grégoire Hellot 28 février 2006
Moriyasu TANIGUCHI 04 juillet 2009
Manga-News 25 juillet 2004
Range MURATA 25 mai 2008
Jérome Martineau 04 juillet 2006
Séries manga populaires
Les dessins de la vie
Galaxy Express 999
One piece
Princesse Mononoké
Naruto
Bleach
Fruits Basket
Nana
Dernières news manga
17-04| Festival épitanime
20-02| La Légende des nuées écarlates T4 sort enfin !
10-01| Made in Asia : LE salon en belgique revient
10-01| Crimson Prince chez Ki-oon
28-10| Etorouji Shiono (Ubel Blatt) en dédicace à Paris !
18-10| Bande originale d'animé gratuites (ost)
29-08| Concours Festival du Jeu Vidéo !
29-08| Réductions pour le Festival du Jeu Vidéo 2010
[+] news
Dernières critiques manga
Kenichi volume 25
Inazuma Eleven volume 6
Waltz volume 1
Saint Seiya - The Lost Canvas volume 21
Secret Service : Maison de Ayakashi volume 1
Arata volume 9
Magi : The labyrinth of magic volume 5
Cosplay Animal volume 2
[+] critiques
Dernières interviews
Moriyasu TANIGUCHI 04 juillet 2009
Manga-Sanctuary 02 avril 2009
Maliki 05 juillet 2008
Jung-man CHO 05 juillet 2008
Tetsuya TSUTSUI 05 juillet 2008
Takeshi OBATA 03 juillet 2008
Range MURATA 25 mai 2008
Yoshitoshi ABE 28 mai 2007
[+] interviews
Dernières séries manga
Waltz
Secret Service : Maison de Ayakashi
La Petite amie de Minami
Cosplay Animal
Pokemon Noir et Blanc
Civilization Blaster (The)
Weiss Side B
Kiss of Rose Princess
[+] Séries