Fiche
 
 
 
Critiques
 
 
 
Avis
 
 
 
Images
 
 
 
Personnages
 
 
 
Résumés
 
 
 
Dossiers
 
 
 
Cosplay
 

Critique Magi : The labyrinth of magic volume 5

Vyse Skern
Magi : The labyrinth of magic #5
Date de sortie : N/C
Prix : N/C
Note du volume 5 :

Aladin décide de passer à l'action pour protéger la ville ou son ami a grandi !! Mais un autre Magi répondant au nom de Judal, fait son apparition, et il est bien décidéà en découdre avec Aladin. Une bataille à l'issue incertaine va opposer les deux Magis ...



Après avoir recentré son récit en offrant une nouvelle intrigue durant le tome précédent, Shinobu Ohtaka va commencer à la développer ici en se repenchant sur le passé d'Ali Baba et en confrontant nos héros à un ennemi redoutable tout en commençant à s'appuyer sur l'univers qu'elle a développée.

Ainsi, on avait laissé Ali Baba fêtant ses retrouvailles avec ses amis après une brève mais houleuse rencontre. Toutefois, c'est l'heure pour lui de s'expliquer sur ses actes. Au contraire d'Aladin ou de Morgiane, le lecteur connaissant la généalogie d'Ali Baba, on n'est très peu surpris par une partie des événements et la tournure qu'ils prennent. Toutefois, ce récit sert surtout d'affirmer la position d'Ali Baba comme Prince et héritier légitime du trône de Balbad, sa relation ave ses frères ainsi que sa relation avec Qasim tout en soulignant la personnalité de ce dernier. Ce dernier élément peut semblait anodin mais laisse émerger une possible confrontation entre les deux jeunes hommes sur la manière d'accomplir leur but.

L'uns des éléments les plus forts dans ce sens est la rencontre entre Ali Baba et Sindbad. Encore une fois, le jeune roi marque fortement le récit aussi bien par ses compétences martiales que son charisme mais aussi par son côté imprévisible mais plus réfléchi qu'il le laisse paraître. Si ce tome est en grande partie centré sur Ali Baba, c'est Sindbad qui mène la danse et gère aux mieux les événements. Même la rencontre entre Ali Baba et ses frères, dont l'issue n'étonne en rien n'est pas qu'une pâle tentative de jouer sur les devoirs et responsabilités d'un roi mais permet surtout de souligner une partie des enjeux politiques qui se cachent derrière le pouvoir en place. Si l'ensemble est encore un peu obscur afin de maintenir la tension du récit, on peut déjà commencer à avoir quelques idées sur ce que planifie l'empire Kô, ou du moins certains de ses membres.  Cette rencontre permettra également à Sindbad d'affirmer son rôle ainsi que celui d'Ali Baba.

La dernière partie va quand à elle se concentrer sur Judal, le Magi de l'Empire Kô (en couverture de ce tome) que l'on avait déjà entrevu précédemment. Si son rôle général, au vu des précédents événements et ceux évoqués ici, continue à demeurer mystérieux, celui-ci se pose rapidement en un antagoniste de par son objectif principal. En même temps, Shinobu Ohtaka avait malheureusement déjà présenté Judal comme un futur ennemi dans le tome précédent (tout comme Qasim) alors que rien en le laissait encore supposer. Si le fait que Sindbad et lui se connaisse déjà et ne s'apprécie guère, c'est surtout face à Aladin que Judal va entrer en conflit voyant celui-ci comme un rival malgré le dénigrement profond qu'il lui affiche. Cette rencontre permet en tout cas d'en apprendre un peu plus sur les Magis et sur la nature de leurs pouvoirs.

La fiche se situant à la fin du tome 4 l'avait déjà indiqué mais Judal va démontrer ici l'étendue de sa puissance. Si on peut regretter que l'auteur ait vendu la mèche prématurément, c'est peut-être justement pour nous déstabiliser avec un final assez inattendue concernant ce duel et qui s'accompagne de surcroît d'une bien mystérieuse révélation.

Ohtaka continue à bien démontrer qu'elle maîtrise son récit et que la légère baisse de régime du tome précédent n'était bien qu'une manière de pleinement faire rebondir sa nouvelle intrigue vers une menace plus grande et un conflit étendu. Chaque élément de la narration est bien maîtrisé et nous offre un récit dynamique qui pose intelligemment les jalons d'une suite du même acabit, voir meilleure encore tout en nous offrant des rebondissements prenants. Vivement la suite.

 

 

 

Vous avez aimé Magi : The labyrinth of magic ? Alors vous aimerez ... (beta)